Expositions permanentes

LE TEMPS DES CHALOUPES 

À compter de juillet 2018 , nous vous présentons cette nouveauté pour célébrer les 50 ans du Musée ! 50ans_coul

Chaloupes, canoë d’écorce, canots de rivière… une vingtaine de bateaux de la collection du Musée sortent de leur réserve pour vous raconter, photos émouvantes, vidéos et multimédia à l’appui, le temps pas si lointain où riverains et insulaires se déplaçaient grâce à leur « voiture » flottante.

Rendez-vous en famille à la Chalouperie pour admirer ces belles survivantes, pour découvrir quelques-uns des secrets de leurs constructeurs, pour revivre la chasse-galerie ou pour hisser la voile… entre autres plaisirs!

Nouvelle exposition permanente à la Chalouperie du Musée

Fonds J.E. Livernois Ltée/Cacouna/vers 1900

RACINES DE MER

Le Musée maritime du Québec propose une exposition permanente où le Saint-Laurent se pose en figure de proue de l’identité québécoise. Au rythme des marées et du temps, les Québécois ont tissé des liens avec le fleuve. Des liens serrés comme de véritables racines de mer.

Racines de mer

À la fois vital, changeant et impitoyable, le Saint-Laurent demeure incontournable. Il influence la vie des gens de mer et des habitants du littoral.

Racines de mer aborde ces relations au fleuve et en expose les richesses. D’uniques artéfacts issus de la collection du Musée agissent comme témoins de l’histoire maritime québécoise des 19e et 20e siècles. Récits d’aventures et de naufrages, chroniques de travailleurs de la mer et souvenirs de navigateurs ponctuent ce parcours riche en émotions. Des témoignages vibrants d’authenticité révèlent cet attachement au Saint-Laurent. Un patrimoine maritime raconté, qui souligne l’importance de ce fleuve bien ancré dans la réalité québécoise.

Dans le cadre de l’exposition permanente, le musée a voulu accorder une place au patrimoine immatériel en présentant une série de témoignages. Femmes de marins, capitaines, pilotes, gens de mer et de terre qui ont eu une relation avec le fleuve racontent leur histoire, cliquez plus bas.

Un fleuve qui se raconte

Une vie à bord

Des risques et périls

CAPITAINE J.E. BERNIER – 1852-1934

« Fils et petit-fils de marin, mousse à 14 ans, capitaine à 17, il traversa 250 fois l’Atlantique avant de s’aventurer dans les eaux à peine connues du Grand Nord. 

 « Son époque, c’est celle des derniers grands voiliers, du commerce exotique florissant de Rio à Liverpool ou Gibraltar, des dynamiques chantiers navals de Québec, de la discipline à bord et de la mort qui guette à chaque vague. (…) Ce marin de talent fut salué par des princes : il baptisa des îles, renfloua des navires, accumula les défis par plaisir plus que par devoir, acquit des connaissances considérables, écrivit régulièrement son journal, amassa une fortune puis la dépensa à convaincre ses concitoyens de la nécessité de rapatrier le Nord. » – Paul Terrien

V-Bernier-6